Lettre mars 2021

Le printemps est le temps du renouveau. Nous avons traversé des temps difficiles :
Dojo fermés, couvre-feu, contrainte en tous genres.

Pour certains, le sentiment de privation de liberté est à la limite du supportable.
Nous avons néanmoins réussi à maintenir les EFE en extérieur dans des conditions climatiques parfois rudes et un très grand nombre d’entre vous ont démontré que leur esprit était imprégné du budo et qu’ils ne se laissaient pas arrêter par le froid, la pluie ou la neige.
Je vous félicite pour cette démonstration de force intérieure et vous remercie d’avoir répondu présent, d’avoir amené votre enthousiasme et votre détermination quand d’autres auraient cédé à la morosité ambiante et au désenchantement.

Quand je vous vois à l’œuvre, je suis plein de confiance pour l’avenir de notre école. Votre force de caractère, la puissance de votre engagement marquera les générations futures.
Dès à présent, observez bien les planning qui circulent, mois par mois.

Avec le retour des beaux jours, nous allons pouvoir pratiquer en extérieur avec plaisir et soyons optimistes, les dojo vont très probablement rouvrir bientôt.
Ne manquez pas ce redémarrage de votre activité d’enseignement. Mettez-vous en ordre de bataille. Après ces mois de privation, la motivation pour pratiquer, le désir d’action, l’envie de se rencontrer à nouveau sont plus forts que jamais.
Préparez vos élèves à cette reprise. Soyez celui qui mobilise, qui motive, qui aide à s’affranchir des chaînes cousues au fil de la peur. Faites entendre une autre voix que les aboiements médiatiques, les tergiversations politiques. Supplantez par vos voix celles des semeurs de désespoir. Distribuez de l’optimisme, distillez du réconfort et du plaisir anticipé.

Les EFE, les prépa, les stages ouverts, les cycles IAT initiaux ou les IAT Sup, les cycles et les stages de pratique des armes, tous vont avoir lieu, à l’extérieur ou à l’intérieur.
En tant que budoka, n’oublions pas que la pratique dans un dojo est un luxe. Les champs de bataille n’étaient pas recouverts de tatami et chauffés. Rappelez-vous que c’est la seule référence qui vaut en ce qui concerne le vrai budo.

Certains ont profité de cette période pour se renforcer. Une incroyable équipe est là qui attend tous ceux qui entendent ce que disait Kobayashi sensei : « Dekinai koto ga arimasen » « Il n’est rien qui soit impossible ».
Rien n’est impossible pour celui dont la détermination est sans faille. Pour obtenir une telle détermination, il faut être aux commandes de sa vie, l’auteur unique et pleinement responsable de ses actes. Un mental solide, une confiance en soi, un corps plein d’énergie, tout cela se forge un sabre à la main. Gambate kudasai.

PS : une réédition du livre « Le Corps Conscient » est en cours avec de nouvelles photos, une nouvelle jaquette. Nous vous préviendrons dès qu’il sera disponible, ce qui ne saurait tarder !

Retour haut de page