Fleurs du confinement

English version

Chers professeurs, chers élèves,

Aujourd’hui aussi, j’étais au dojo. J’observe chaque jour ce mouvement profond et puissant qui répare les blessures laissées par la disette de lumière hivernale.

Le temps passe et avec lui, le printemps s’installe. Il porte les promesses toujours renouvelées de la renaissance de la nature et du rafraîchissement de nos âmes.

Les chants d’oiseaux me semblent plus audibles, les fleurs se donnent sans retenue et interpellent nos consciences. Même l’herbe la plus modeste s’est enjolivée de violettes, de pensées et de jonquilles. La forêt bruisse sous les caresses appuyées du vent. Tout semble s’unir pour nous montrer la voie, celle du bonheur d’être en vie, celle d’être doué de sentiments, celle du don de soi.

Comme le soleil brille pour tous, saints, hommes ordinaires ou criminels, aucune retenue dans cet élancement vers la beauté, vers l’âme du vivant.

Dans cette période où nous pourrions avoir l’hallucination de notre emprisonnement, nous avons l’opportunité d’ouvrir davantage nos cœurs et de laisser entrer en nous le souffle profond du monde.

Je veux partager avec vous ces quelques fleurs de notre dojo qui, bien que prises au pied, s’expriment si librement.

Cognard Hanshi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page