Article(s) de l'auteur

Orange County Aiki Kai

Ecrit par Aikido.FR le octobre 11th, 2010, dans Galerie

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Orange County Aiki Kai

Cognard Shihan a été invité par Pilli Luna (Chief Instructor) et Bill Sornstein (Director & instructor) pour diriger un stage d’aikido en Californie.

Orange County Aiki Kai – Santa Ana
Photographies : Eric Genillier

L’aikido est-il un moyen efficace de prévention de la violence ?

Ecrit par Aikido.FR le décembre 6th, 2005, dans AikidoJournal

Article paru dans AikidoJournal n°16

Cette question contient le présupposé essentiel que l’aikido est bien un art martial dont l’objet est d’endiguer la violence et peut-être de la prévenir. Il est vrai que les différentes manières dont il est généralement présenté laissent toutes plus ou moins entendre l’idée de contrôle de la violence.

Je dois d’abord revenir sur la façon même dont l’aikido se dit. Il n’est en effet pas simple d’assumer l’importante contradiction exprimée dans  » art martial non violent « . J’aime à en débattre car l’énoncé même contient une dimension dialectique passionnante. Il pose la question de la guerre et de la paix dans un cadre de référence qui n’est pas le face à face d’idées diamétralement opposées auquel notre culture nous a assujettis, celui-là même qui conduit certains à la vision réductrice attaque défense avec l’a priori de la légitimité de la défense. Au contraire, cet art de guerre pacifique porte son propre paradigme qui interdit toute vision simpliste et oblige tout un chacun à se confronter à ses propres contradictions, en particulier à constater son errance entre son désir de paix, de lien, d’empathie, et la spontanéité de sa violence et de ses besoins d’exercer du pouvoir sur l’autre.
La confusion dans laquelle nous nous trouvons, je dis  » nous  » pour dire  » nous les aikidoka « , est éloquente. D’une part, nous nous repaissons d’idées compassionnelles comme  » prendre l’adversaire sur son cœur  »  » la véritable force de l’art martial, c’est l’amour  » et j’en passe, et nous faisons en même temps référence à l’histoire de la martialité japonaise dans ce qu’elle a de plus violent. Nous mêlons volontiers quelques aphorismes tirés d’une lecture sommaire de Takuan avec les cours de stratégie d’une violence inouïe de Musashi Myamoto. Nous voyons circuler nos apprentis aikidoka avec les paroles d’amour de O Sensei ( je désigne ainsi Ueshiba Morihei et lui seul) dans une main et  » Hagakure  » dans l’autre. Comment concilier cet esprit de compassion guerrière et cet appel au fanatisme, à la ségrégation violente. Dois-je citer ? ;  » Le moine Keiho raconte que le seigneur Aki avait dit un jour que la vertu martiale était le fanatisme. J’ai constaté que cela s’accordait avec ma propre résolution et dès lors, je suis devenu de plus en plus extrême dans mon fanatisme.

Le budo aujourd’hui

Ecrit par Aikido.FR le septembre 27th, 2005, dans AikidoJournal

Article paru dans AikidoJournal n°15

Dans quelle mesure peut –on encore aujourd’hui, dans notre « société de consommation », individualiste et hédoniste, transmettre le budo, la rigueur de sa pratique et ses règles éthiques et sa spiritualité ?

Telle était la question de Horst lorsqu’il sollicita mon point de vue. Je me rendis compte que la question contenait déjà ses réponses et j’ai donc décidé de me limiter à un commentaire de celle-ci. C’est donc en suivant l’énoncé de la question que j’exposerai mon point de vue.

Dans quelle mesure ?…

Le mot mesure est une clef de l’enseignement de l’aïkido. Celui-ci nécessite en effet la définition d’un cadre relationnel dont le fondement est la modération de l’attitude de l’enseignant et de l’élève. Parmi les outils permettant de poser ce cadre, l’étiquette tient un rôle important et elle implique précisément de la mesure, celle des gestes et aussi celle des mots. Le rituel est une mesure de l’espace et du temps qui crée des repaires conscientiels indispensables à la bonne compréhension et à l’exécution de la technique.

Le mot mesure est aussi une clef pour la bonne exécution de la technique. Tout emportement, tout excès de relâchement ou de tension nuisent à celle-ci. La technique que nous exécutons nous exprime et est donc une mesure de soi.