Article(s) de l'auteur

Voeux 2016 de Cognard Hanshi aux adhérents 3AKH

Ecrit par Aikido.FR le janvier 13th, 2016, dans Textes

Chers professeurs, chers élèves,

L’année 2015 fut riche de rencontres, d’événements dans le monde du budo, et malheureusement endeuillée par les récents attentats. Elle avait commencé comme elle a fini, dans le sang et la peur.

Le principe de la terreur est de donner la gouvernance à la peur. Un désir de violence peut se développer en chacun de nous, particulièrement quand nous ressentons une menace contre nos liens pourvoyeurs d’identité, un risque de déstructuration de cette dernière.

Il est évident que l’horreur de tels actes déclenche une émotion et un désir de réplique. C’est le niveau des émotions et celles-ci, bien qu’impuissantes à changer l’irrémédiable, sont légitimes. La question, tout au moins pour nous budoka, pourrait être : faut-il laisser nos émotions gouverner nos actions ?

Nous savons de par l’expérience des armes que cela conduit irrémédiablement à la défaite. Mais devant la violence, nous ne pouvons pas non plus rester passifs. Alors quel est le combat à mener ?

Il existe en nous une profondeur inviolable, incoercible, absolument inaccessible à autrui, un lieu du je qui n’est qu’à lui et où personne ne peut aller à moins d’y être introduit par le sujet lui-même. C’est là que se prennent les décisions concernant la vie et la mort, c’est là que se dit le langage de l’univers, que s’écrit le symbole fondateur des cultures. C’est le siège de l’esprit un, unique, indivisible. C’est indubitablement la vraie cible de la terreur. Mais celle-ci ne peut être atteinte qu’avec l’aide du sujet lui-même. Il est le seul à pouvoir toucher cette profondeur de soi-même.

Ne relayez pas la peur à l’intérieur de vous. Ne la laissez pas prendre le pouvoir sur vos actes.

Quand elle gouverne nos émotions, elle ne nous propose rien si ce n’est le choix entre la colère et la dépression.

Quand elle gouverne notre corps, elle ne propose que le choix entre l’agression et la fuite.

Mais quand on l’introduit dans la profondeur de notre âme, elle ne propose que tuer pour survivre ou mourir.

Notre combat est là, budoka ne donnons pas le pouvoir à nos émotions, cantonnons les à la profondeur qui est la leur. Interdisons nous de les laisser gouverner notre corps.

Nous sommes budoka, et nous ne permettons pas que notre corps et ses réflexes archaïques prennent le pouvoir sur nos gestes. Nous maintenons notre équilibre en ne laissant pas notre corps aux prises avec les désirs d’action violente des mémoires collectives dont il est issu.

C’est aussi ce que nous devons accomplir et n’introduisant pas dans nos âme le poison de la peur.

C’est la combinaison entre la discipline qu’il applique au niveau de sa pensée, l’étiquette avec laquelle il discipline ses émotions et le rituel avec lequel il pose les frontières de son corps que le budoka peut résister à la tentation de la violence.

Forgeant une éthique forte par l’exercice constant de la conscience, dans et hors du dojo, nous ne serons pas les alliés involontportrait_A.C.4-copie-680x1024aires des terroristes. Nous ne les aiderons pas dans leur stratégie macabre.

La peur gèle l’âme comme l’hiver gèle la terre. La terreur n’empêchera pas le retour du printemps si nous nous réchauffons les uns les autres en exprimant notre bienveillance. C’est pourquoi les vœux de début d’année ne sont pas une simple habitude culturelle. C’est un vrai rituel qui consiste à prononcer les mots qui disent l’empathie, la sympathie, l’amitié, l’amour pour que tout cela soit symbolisé, c’est à dire prenne chair en devenant la sève de toute pensée.

Alors, je vous invite à vous tenir éternellement dans l’esprit de shoshin pour vivre toujours et simultanément dans le souvenir, la perspective, le désir et l’intensité de l’imminent retour du printemps.

Meilleurs vœux.

Hakama et Aikidogi Kobayashi Ryu Aikido

Ecrit par Aikido.FR le septembre 21st, 2015, dans A découvrir

Le site de vente en ligne Masamune propose maintenant les dogi et hakama spécifiques à l’école Kobayashi Ryu.

masamune_meirin_aikidogi_1-z Lien pour les dogi.

Effectuer les choix suivants :
1) Sélectionner la taille
2) Sélectionner Broderie -> ‘Avec broderie’
3) Sélectionner la couleur de broderie -> ‘Noir’
4) Sélectionner emplacement broderie -> ‘Épaule gauche Horizontal’
5) Sélectionner le forfait broderie -> ‘Broderie Kobayashi Ryu Aikido’
6) Ajouter au panier

 

Lien pour les Hakama : Bleus (Aikido),  blancs ou rayés (Aikishintaiso).

Effectuer les choix suivants :masamune_meirin_aikidogi_3
1) Sélectionner la taille
2) Sélectionner la couleur du Hakama (aikido) -> ‘Bleu’
3) Sélectionner le modèle pour la finition du hakama -> ‘Aikido’
4) Sélectionner emplacement broderie -> ‘Fesse droite’
5) Sélectionner la couleur de broderie -> ‘Orange’
6) Sélectionner le forfait broderie -> ‘Broderie Kobayashi Hirokazu Ryu – 2 lignes’
7) Entrer le nom et prénom (dans cet ordre) à transcrire en Japonais dans la case ‘Personnalisation article – texte 1′
8) Ajouter au panier

 

Le site d’import Budoexport les propose également : Broderies Kobayashi Ryu offertent pour les dogi et hakama (brodez votre nom en supplément).

Lien pour les dogi : modèle « Aiki » KS200

Lien pour les Hakama d’Aikido (choisir couleur bleue) : modèle Tetron Tradition ou Tetron Entrainement.

Lien pour les Hakama d’Aikishintaiso (choisir couleur blanche ou rayée) : modèle Tetron Tradition ou polyester Cashemere.

Les prix présentés sur Budoexport sont en Yen et des taxes de douanes peuvent être appliquées à la réception des colis.

Il y a quelques jours…

Ecrit par Aikido.FR le août 13th, 2015, dans Galerie

Du 1er au 7 août 2015 a eu lieu un stage de calligraphie japonaise au dojo de l’Académie autonome d’aikido Kobayashi…
Cet évènement était sous la direction de Ougai Kofude.

 

Planning des formations 2015-2016

Ecrit par Aikido.FR le juin 1st, 2015, dans Journal

Formation2015Le calendrier des formations pour la saison 2015-2016 est disponible.

Toutes les informations et le formulaire d’inscription sont disponibles en page Formations !

Printemps 2105 au Kobayashi Kinen Aikidojo

Ecrit par Aikido.FR le avril 9th, 2015, dans Galerie

Kagami Biraki 2015

Ecrit par Aikido.FR le avril 9th, 2015, dans Galerie

Ueshiba O Sensei, budoka et poète

Ecrit par Aikido.FR le avril 4th, 2015, dans Evènement

a4-efe

 

L’académie autonome d’aikido Kobayashi Hirokazu invite les aikidoka,
quelle que soit leur école ou leur courant, à cet évènement.

 

 

 

Dossier de presse PDF Contact presse

Aikido Kobayashi seminar in the US

Ecrit par Aikido.FR le mars 2nd, 2015, dans Médias

 

Démonstrations lors du stage d’aikido dirigé par Cognard Hanshi aux Etats-Unis à Santa Ana, CA (23-26 Juin 2011)

Aikido : Principes fondamentauxDémonbstrations en 3 parties à découvrir via la chaîne AikidoKRH sur Youtube

Montage effectué par Andrea Debiasi.

 

NAMT 2014 – Vidéo de la démonstration de Cognard Hanshi

Ecrit par Aikido.FR le novembre 7th, 2014, dans Médias

Démonstration de Cognard Hanshi et de ses élèves à la 8e Nuit des Arts Martiaux Traditionnels en mai 2014 à Paris.

NAMT 2014

Avec l’aimable participation du Paris Taïko Ensemble.

Merci à Eric Genillier et Raphaël Pannier pour les prises de vue.

Lettre de Hanshi Cognard à destination des élèves nouveaux et de leurs enseignants

Ecrit par Aikido.FR le octobre 30th, 2014, dans Textes

30ans_DSC053Vous venez de vous inscrire dans un cours d’aikido. C’est un choix judicieux si vous souhaitez mieux vous connaître et ainsi, mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

En effet, l’aikido n’est pas un sport ou une activité physique mais une voie. Celle-ci n’a aucune portée religieuse ou idéologique mais, en revanche, elle nous introduit à une dimension spirituelle que je peux résumer ainsi : avoir le souci de toute autre, essayer de valoriser toute relation en impliquant au mieux sa conscience, s’harmoniser au quotidien.

Cette capacité s’acquiert en s’entraînant à mobiliser son énergie pour être le plus conscient possible du réel, c’est à dire avoir la force de rester dans son unité. Quand le corps, le coeur et la pensée ne font qu’un, nous pouvons appréhender le monde de manière directe et sans a priori, sans dogmatisme, sans créer d’illusion.

Chacun d’entre nous rencontre des difficultés au quotidien et se trouve parfois en souffrance. Celle-ci est la conséquence d’un sentiment d’incapacité à faire face ou à changer les choses.
Ce sentiment là provient de ce que les évènements difficiles à vivre créent en nous une division.
Nous réagissons alors soit en augmentant notre niveau d’agressivité, contre les autres ou soi-même, ou en déprimant. C’est le résultat d’un réflexe archaïque, l’agression ou la fuite. C’est une étape importante dans l’aikido que d’apprendre à maîtriser ce réflexe.

La réponse que donne l’aikidoka à toute situation conflictuelle, que le conflit soit exporté vers autrui ou qu’il soit intérieur, est inséparablement technique et éthique. La technique nous permet de ne jamais nous soumettre à la violence, ni la sienne propre, ni celle des autres. Elle nous permet d’agir avec justesse et justice, sans blesser ni physiquement ni moralement l’agresseur, que celui-ci soit un autre que soi, ou une partie de soi. L’aikidoka ne considère pas son agresseur comme mauvais mais comme le révélateur d’un conflit inconscient qui relie l’un à l’autre. Dans le cadre d’un conflit interne, il se demande quelle est la part de soi qui agresse l’autre. Je prends comme exemple pour clarifier cette idée du conflit intérieur les comportements autodestructeurs, prise de risques inconsidérés, alcoolisation régulière, déconsidération systématique de soi. Dans un cas comme dans l’autre, l’aikidoka considère que l’ennemi n’est pas l’autre mais ce qui crée la violence entre celui-ci et soi, entre soi et soi. Il se pose la question suivante : qu’est-ce qui nous fait nous agresser ? Il identifie ainsi le véritable ennemi, faisant de son adversaire apparent un allié dans la résolution du conflit.
Vous l’aurez compris, nous sommes loin du sport, de sa rivalité et de ces jeux, même si l’aikido met en mouvement les corps et les armes pour extérioriser les difficultés intérieures et leur donner une réponse sans violence.

L’aikido est une discipline efficace contre les agressions, efficace pour faire circuler harmonieusement votre énergie, efficace pour rendre votre vie plus heureuse en améliorant votre santé et en diminuant vos tensions physiques et psychiques.

Quand on arrive dans un dojo de notre école, on est en droit d’être surpris par l’importance du rituel, par celle de l’étiquette et de la discipline. L’exotisme lié à ces outils de travail disparaît vite et peut faire place à un sentiment d’incompréhension ou de rejet.

Ces outils sont pourtant indispensables : la discipline nous permet de comprendre et maîtriser les relations avec soi-même, l’étiquette amène de la conscience et de l’harmonie dans la relation aux autres, le rituel crée une conscience de la spatiotemporalité qui nous ouvre à la compréhension des espaces conscientiels, conceptuels et spirituels. L’aikido est fondé sur une autodiscipline comme tous les budo traditionnels et sur une alchimie constante entre un apprentissage guidé par un enseignant et une autodidaxie. L’expérience est le moyen d’accès à la connaissance et celle-ci ne peut être faite que dans un cadre défini. La discipline, l’étiquette et le rituel sont les garants de ce cadre. N’oubliez pas que ne pas définir le cadre d’une relation laisse la porte ouverte à tous les abus.

En outre, il est indispensable pour chacun d’avoir les moyens de se penser comme ce qu’il est vraiment, individu libre et partie d’un ensemble humain, et cela, non pas alternativement mais conjointement. Vous pouvez réfléchir à ce que ces outils comportementaux permettent cela, assurant le sécurité de cette liberté comme celle de cette appartenance.
Je vous propose d’y penser à partir de cet exemple : le dogi, vêtement d’entraînement traditionnel (appelé à tort kimono) est le même pour tous. Certains pourraient y voir une atteinte à leur droit de s’habiller comme ils le désirent. Pourtant, le dogi abolit tous les signes de différence de statut social et financier. Il crée une unité du groupe qui n’est ni esthétique ni exotique mais bien celle d’une égalité fondamentale. De même la discipline est la même pour tous et cela assied une égalité de droits fondée sur l’exercice d’un même devoir.

Les enseignants de nos dojos reçoivent tous une éducation dont les fondements sont le respect de la liberté individuelle et l’engagement dans la formation de leurs élèves. Ces deux axes ne sont jamais opposés, l’aikido ayant pour but unique de libérer « l’être en soi ».

Ils savent qu’enseigner, c’est dire où l’on regarde, d’où l’on regarde sans dire ce que l’on voit.
Ils savent aussi que former quelqu’un à la technique sans lui donner les moyens de s’en servir est une duperie. Ces moyens sont l’énergie et un esprit fort. C’est pourquoi nous ne dissocions jamais le développement de la force du mental et de l’esprit de l’enseignement de la technique. Nous ne voulons pas former des colosses aux pieds d’argile.

Vous êtes entrés dans un processus d’autoformation qui répondra à vos attentes en matière d’accès à soi. Un des leitmotiv de notre enseignement est la légitimité de la recherche du bonheur.
Celui-ci se trouve dans l’équilibre entre notre passé et nos désirs, entre nous et autrui, entre nos émotions et celles des autres. Cet équilibre est le fruit d’une harmonie qui résulte elle-même d’un sentiment d’unité, dont la source se trouve dans la conviction intérieure d’être inconditionnellement et le désir d’exister.

Notre école, la vôtre à présent, est reconnue au plus haut niveau des arts martiaux traditionnels japonais. Nous sommes membre de la Dai Nippon Butokukai, organisation gouvernementale japonaise de tous les budo sous l’égide de la famille impériale. Quand vous aurez construit un sentiment d’appartenance à celle-ci, vous serez fiers d’être l’un de ceux qui oeuvrent pour faire de la pratique martiale un outil de développement de la paix dans le monde, de ceux qui défendent les valeurs de respect, intégrité, courage.

Faites votre notre maxime :

Ni domination, ni soumission, ni compromis.

Je vous souhaite ce qui vous sera particulièrement utile dans votre pratique : courage, chance et maladresse.

Cognard Hanshi