Article(s) de l'auteur

Sentiment d’exister et désir d’être

Ecrit par Aikido.FR le février 12th, 2013, dans Evènement

André Cognard

Le 28 mars 2013 à 19h, Cognard Hanshi interviendra pour une conférence.

Aikido, une voie vers la liberté

Maison des Passages
44, rue Saint Georges 69005 Lyon
Métro vieux Lyon – parking Saint Georges

Renseignements : www.académieaikidolyon.fr

pdfAffiche de la conférence

30 ans, la chorale

Ecrit par Aikido.FR le janvier 12th, 2013, dans Galerie

 

Durant l’été 2012, l’académie autonome d’aikido Kobayashi Hirokazu fêtait ses 30 ans.

Photographies : Eric Genillier

 

 

Principes fondamentaux #2

Ecrit par Aikido.FR le décembre 24th, 2012, dans Médias

 

Les principes fondamentaux de l’aikido Kobayashi hirokazu exposés par Cognard Shihan.

Aikido : Principes fondamentauxUn reportage en 3 parties à découvrir via Youtube

Montage effectué par Tamsin Moufflet.

 

 

Aïkido et musique

Ecrit par Aikido.FR le avril 2nd, 2010, dans AikidoJournal

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Aïkido Journal N°34 – Avril 2010

34frCher André,
Dans tes romans où tu mets en scène des personnages dont on ne peut s’empêcher de penser qu’ils égratignent quelque peu le « toute ressemblance… ne saurait être que fortuite », le disciple introduit le maître à l’appréciation de la gastronomie et des grands vins français d’une part, de la musique occidentale dite classique de l’autre.
Pourrais-tu raconter à nos lecteurs ce qu’il en a été « de ce côté-ci du miroir », et plus généralement quels rapports (harmoniques ?) tu vois entre la « grande » musique et l’aïkido ?
Pour mémoire, quelqu’un comme Stéphane Benedetti, qui a aussi connu Me Kobayashi, est aussi un grand amateur de musique classique, tout comme Henry, mon collaborateur…
Y a-t-il là plus qu’une coïncidence ?
Voila le thème que je te suggèrerais pour ton prochain papier.
Amicalement, Horst.

Spirale

Ecrit par Aikido.FR le septembre 29th, 2013, dans Evènement

Maître Cognard et Brigitte Pazot ont collaboré à plusieurs reprises en créant des ouvrages artistiques dans lesquels se développe leur démarche personnelle.

En 2000 fut crée un livre sans précédents appelé APOTROPÉE dans lequel Maître Cognard créa des textes profondément imprégnés de l’esprit des gravures de Brigitte Pazot. Ainsi se révèle au fil de textes abstraits une pensée contemporaine et humaniste.

Ce livre fut présenté au salon SAGA à Paris en 2000 et en 2002 il fut mis en scène par 2 comédiens et 2 danseuses dans la galerie Peinture Fraîche à Paris.

ApotropéeEn 2009 le projet SPIRALE vit le jour. C’est un manuscrit de 6,5 m de long par 60 cm de large avec des gravures de Brigitte Pazot et le texte « Père fils » de Maître Cognard.

L’ensemble du projet est constitué par une installation de peintures, du théâtre et un film.

Il fut présenté pour la première fois à l’EFE commune de l’année 2009 dans la salle Jacques Estérel à Bourg Argental avec grand succès.

La richesse du texte Père fils est en lui même un outil important de transmission de l’enseignement.

Le film portant ce texte est désormais édité sur DVD et à votre disposition.

À l’occasion du grand rassemblement qu’offre l’EFE commune le DVD sera disponible à tous ceux qui voudront l’acquérir.

Le prix est de 20€ et une partie de cet argent est destinée à l’entretien de l’aikido Kobayashi Hirokazu dojo.

L’ALPA fête ses 20 ans

Ecrit par Aikido.FR le mars 16th, 2013, dans Evènement

20ans-alpa

Le 16 mars, l’ALPA (Italie), fêtera ses 20 ans.

Dès 20 heures, un buffet ouvert aux membres de l’ALPA ainsi qu’aux membres et sympathisants de KakKHrh.
Si vous souhaitez participer, veuillez vous inscrire avant le 1er mars

Informations et réservations : mauro.onida.alpa@gmail.com ou +39 340 2569833
www.alpa-aikido.it

Affiche de l’évènement : pdffrançaispdfanglais

Durant le week end, aura lieu un stage d’aikido dirigé par Cognard Hanshi.

30 ans, délégation allemande

Ecrit par Aikido.FR le janvier 11th, 2013, dans Galerie

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

30ans DSC65

Durant l’été 2012, l’académie autonome d’aikido Kobayashi Hirokazu fêtait ses 30 ans.

Photographies : Eric Genillier

30 ans en vidéo

Ecrit par Aikido.FR le octobre 23rd, 2012, dans Médias

Aikidojo KobayashiIl y a quelques temps, l’Académie autonome d’aikido Kobayashi Hirokazu fêtait son trentième annversaire.

Parmi les nombreux souvenirs, voici une vidéo…

 

Vidéo produite par AikidoFoundation

L’expérience et le sacré

Ecrit par Aikido.FR le décembre 8th, 2010, dans Textes

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

SatoriVouloir écrire à propos de l’expérience est un paradoxe. L’expérience est apodictiquement incommunicable. L’expérience est précisément ce que l’on éprouve soi-même, seul ou guidé par un autre. Elle appartient à la conscience en tant que telle. Aucune expérience ne peut avoir lieu sans l’implication de la totalité de l’être, corps-esprit et conscience psychique unis dans un même accomplissement. Tout expérience est l’expérience d’un changement de soi et ne peut se produire hors de la conscience. C’est celle-ci qui est changée, et ainsi, le monde est changé à travers elle. Pour la conscience, il ne peut y avoir d’autre expérience que celle de l’autre en soi. La monade n’a d’autre destinée que celle de s’ouvrir et de se mêler, de disséminer, le chaos est condamné à devenir du conscient connu, c’est-à-dire mémoire.  Toute expérience est un changement de ce qui est et implique obligatoirement plusieurs entités conscientielles. La grande loi de l’interdépendance impose que le changement dans le plus singulier change le monde.  L’expérience est l’instant de toute transformation. Aucune connaissance n’est réelle sans elle. Elle n’a pas de durée. Ses conséquences peuvent en avoir. L’expérience est indissociable de la prise de conscience, du satori (note 1). Ou bien, elle est traumatique. L’expérience est la marche du monde.

Aïkidoka professionnel ou amateur !

Ecrit par Aikido.FR le janvier 5th, 2010, dans AikidoJournal

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Aikido Journal n°33Article paru dans AikidoJournal numéro 33 de janvier 2010

Voici une question qui anime un débat implicite. Je pense qu’il est nécessaire de la poser clairement d’autant plus que, dans nombres d’articles et d’interview, même dans ce journal, de petites phrases allusives laissent assez fréquemment entendre qu’être amateur, c’est rester dans sa pratique libre des contingences matérielles. On ne risque pas ainsi d’être soupçonné de faire de l’argent. Au contraire, l’on peut parfois entendre que les professionnels ne sont pas libres, en tout cas, pas clairs car ils ont des objectifs financiers.

A l’opposé de ces considérations, le mot professionnel bénéficie parfois d’une aura de compétence quand le mot amateur risque d’induire des présupposés péjoratifs.

Mon propos n’est pas de dire qu’il est préférable d’être professionnel ou préférable d’être amateur. Il consiste à faire part de ma réflexion et de mon expérience dans le domaine puisque je suis moi-même un professionnel de l’aïkido depuis plus de trente ans. Dans un premier temps, je me bornerai à constater qu’heureusement, les deux conditions de professionnel et d’amateur cohabitent dans l’aïkido et qu’il n’y a pas besoin d’une réflexion très poussée pour comprendre qu’elles sont nécessaires l’une à l’autre.
Mais j’ai plaisir à tordre le cou à des lieux communs aussi éculés que ceux évoqués plus haut. Il existe des amateurismes qui sont du niveau de l’expertise et au contraire, des professionnels frisant la nullité absolue dans tous les domaines. L’honnêteté, la rectitude morale et l’intégrité ne se mesurent pas à l’aune du bénévolat qui peut parfois recouvrir des pratiques bien plus douteuses que l’exercice professionnel. Être professionnel ne fait pas automatiquement d’un homme un commerçant sans scrupule, motivé exclusivement par l’appât du gain, et il faut dire aussi que chacun d’entre nous a recours quotidiennement à des commerçants qui rendent des services précieux de manière très honnête. Ne nous laissons pas influencer par le caractère péjoratif que prend souvent le mot « commerçant » dans notre société. Je parle bien sûr de tous les métiers du monde et aussi de celui de professeur d’aïkido, et je veux dire que même si je considère que l’exercice de la profession d’enseignant d’aïkido ne peut en aucun cas être un commerce, cela ne signifie pas pour moi que le commerce est forcément soupçonnable de manque d’étique et d’intégrité. Il y a dans certains commerces du « donnant donnant » qui confine au « donner recevoir » dans le meilleur sens de l’expression, et il ne suffit pas à mes yeux d’être amateur ou bénévole pour infléchir cette relation en en faisant un « je donne sans rien attendre ». Il peut exister des modes de rémunération morale qui sont d’autant plus discutables qu’ils restent implicites, voire inconscients et qu’ils ont le travers de créer une dette inextinguible envers le prétendu donneur désintéressé. En ce qui concerne le métier d’enseignant d’aïkido cela me semble très préjudiciable pour les élèves. Toute relation doit être basée sur un équilibre, la pratique même le démontre, et la liberté est à ce prix. Ce n’est pas là une manière de jeter un doute sur l’intégrité de l’amateur mais bien de dire qu’il n’y a pas de lien direct entre amateurisme, professionnalisme et désintéressement.